dimanche 9 août 2009

Manu Chao : son nouvel album live le 31 août


Un peu de musique ce dimanche. Manu Chao : son nouvel album live le 31 août, deux articles pour commenter son l'actualité et vous parler de son projet "fou" la radio Colifata.

Manu Chao ne chôme pas. Après une tournée de plusieurs mois à travers le monde, le chanteur dévoilera le 31 août prochain un nouvel album live, "Baionarena", toujours actuellement précédé par un beau projet humain de grande envergure : un opus réalisé avec des handicapés à télécharger gratuitement.



L'interprète de "Je ne t'aime plus", publiera un nouvel opus live, sept ans après "Radio Bemba Sound System" (Top 3 en 2002). L'album "Baionarena", a été enregistré dans les Arènes de Bayonne durant l’été 2008. Manu Chao sera également de retour en concert en France, le 11 septembre prochain, à La Fête de l'Huma. (pour le post complet suivre ce lien)




Par ailleurs, l'artiste soutient toujours activement l'association la Colifata depuis de nombreuses années - on avait pu notamment voir des Colifatos dans le clip "Rainin’ In Paradize" d’Emir Kusturica. Afin d’aider à pérenniser l’association et la démarche, Manu Chao et la Colifata ont lancé le site de soutien vivalacolifata.org. L’album enregistré par les Colifatos et produit par Manu Chao y est en téléchargement gratuit. Vingt thèmes pour rire, pour pleurer, pour méditer… Un voyage fou dans ce monde de fous, ceux de dehors et ceux de dedans, tous mélangés, tous dans le même sac. Vous pouvez également y faire des dons qui seront versés directement à la Colifata.


Créée en 1991, la Colifata, plus connue comme la radio des « fous », est un projet unique qui utilise le média (radio et télévision) comme instrument thérapeutique, au carrefour du travail clinique et social. C’est une interface entre le monde clinique et le monde extérieur qui permet aux Colifatos, de recréer le lien social avec ceux qui vivent hors des murs de l’hôpital. Thierry CADET, le lundi 03 août 2009.





Le projet fou de Manu Chao





Quelques mois avant sa tournée en France, nous avons eu la chance d’accompagner Manu Chao lors d’un périple en Argentine. Lors de ce voyage, il en a profité pour retrouver ses amis de La Colifata, une radio pas comme les autres, animée par les patients du plus grand hôpital psychiatrique de la capitale argentine.



Manu Chao parle de La Colifata



« Bienvenue sur LT 22 Radio La Colifata, la radio des patients de l’hôpital Borda de Buenos Aires. » Il est 14h30. Le ciel est un peu couvert et, dans la cour du Borda, c’est la grande effervescence. Aujourd’hui, l’émission – qui a lieu tous les samedis depuis 15 ans – est un peu spéciale. Un invité de marque est attendu. « Notre illustre Colifato, un ami, un membre de la famille », précise Alfredo Olivera, le créateur de cette radio pas comme les autres. Manu Chao arrive quelques minutes avant la prise d’antenne. Et il n’est pas seul. La rumeur a enflé ces dernières heures et ils sont nombreux à s’être approché du Borda pour assister à l’émission. Pour Alfredo, « la Colifata est ouverte au public, mais habituellement, une dizaine de personnes viennent nous voir. Avec la présence de Manu, nous attendons plus de monde. » Il ne croit pas si bien dire. Tout au long de l’après-midi, un va-et-vient incessant se déroule dans les jardins du Borda, devant des patients médusés, peu habitués à voir autant de monde. Les chiffres varient, mais entre 300 et 500 personnes sont présentes.





Pour Manu, c’est le temps des retrouvailles avec les Colifatos, les animateurs de la radio. Hugo, Eduardo, Alejandro sont là. Ils se jettent dans ses bras. « Comment vas-tu mon frère ? » demande Hugo, le plus ancien Colifato. Avec ses deux compères, ils ont participé au clip de Rainin’in Paradize réalisé par Emir Kusturica en mars dernier. « Un souvenir inoubliable, se rappelle Hugo qui ne veut plus lâcher le micro. Et vous savez quoi ? En plus on a été payés ! » finit-il par dire à un public rigolard. Julio, Jagger, Ever et tous les autres Colifatos semblent heureux. Ravis de revoir Manu et, surtout, de voir autant de monde. « Il faut que ce soit comme ça tous les samedis », demande Jagger sous les applaudissements nourris du public.



La présence de Manu ici n’est pas fortuite. Il suit la Colifata depuis des années. « Ce sont des gens exceptionnels, des poètes, des maîtres à penser », ne cesse-t-il de répéter. Mais, malgré le succès d’estime et médiatique, la radio est connue dans le monde entier, la Colifata vit une période difficile. « Il n’y a plus d’argent dans les caisses », annonce Alfredo. « Manu, une nouvelle fois, va nous aider. S’il est venu à Buenos Aires, c’est pour enregistrer un disque avec les Colifatos dont les bénéfices seront reversés à notre association. C’est un beau projet artistique et qui, j’espère, permettra de nous renflouer. »



L’émission du jour est donc particulière. L’équipe de la Colifata tente tout de même de suivre le conducteur établi, écrit comme d’habitude à la craie sur un grand tableau posé contre un arbre. Hugo, Julio, Eduardo, Pablo, Silvina, tous font leur chronique. Julio mène tambour battant une interview avec Manu qui, de temps en temps, prend sa guitare pour accompagner la poésie d’un des Colifatos. Le public écoute, parfois distraitement, parfois très attentivement. Car l’émission se prolonge, elle durera plus de 7 heures. Vers 19 heures, après quelques chansons en solo, les Radio Roots, amis de longue date de la Colifata, se frayent tant bien que mal un passage entre le public pour retrouver Manu. Quelques rumbas, dont un Clandestino repris en chœur par tous, et il faut songer à ranger le matériel. Beaucoup auraient souhaité prolonger la fête, mais nous sommes dans un hôpital psychiatrique. Á 20h30, Alfredo met un terme à cette émission qui restera gravée dans le marbre de l’histoire de la Colifata. Marc Fernandez






AddInto
Partager en 1 clic :

0 commentaires :

Il n'y a pas encore de commentaires.
Soyez le premier à réagir !

Publier un commentaire

Bienvenue, vos commentaires seront pris en compte, merci.

Related Posts with Thumbnails

 

 

Recherche personnalisée